Way of NBA
News Philadelphia 76ers

Philly: day 120 = vacances

Comme trop souvent, on pourrait presque dire comme d’habitude le day 120 de la saison rime avec vacances du coté de la cité de la fraternité.

Que faire à Philadelphie pendant que les autres s’amusent?

Connue comme la « ville de l’amour fraternel », Philly était autrefois un point de rendez-vous important des Pères fondateurs, au cours de la révolution américaine, lorsqu’ils ont commencé à envisager l’indépendance et le cadre de la constitution qui servirait de base aux États-Unis aujourd’hui encore.

Avec une telle richesse historique, il est évident que nombreux sont ceux qui visitent Philadelphie pour en savoir plus sur le passé du pays. Tandis que des attractions telles que la Liberty Bell et le Parc national historique de l’indépendance (et sa pièce maîtresse, l’Independence Hall) sont celles qui attirent principalement les touristes, Philadelphie est une ville très moderne qui a bien plus à offrir que son histoire. En effet, elle est réputée pour sa cuisine typique, ses arts et sa culture.

À commencer par la Pennsylvania Academy of the Fine Arts, la plus ancienne institution de ce type aux États-Unis qui abrite l’une des collections les plus exceptionnelles d’art américain au monde. Les passionnés d’art et de science vont adorer. Même les galeries d’art de la ville sont emblématiques, comme les 72 marches en pierre du Philadelphia Museum of Art indissociables du film Rocky.

Le musée lui-même est l’un des plus grands aux États-Unis avec plus de 227 000 œuvres. Les visiteurs intéressés par la sculpture seront impressionnés par le musée Rodin situé sur la Benjamin Franklin Parkway. Il a été rénové récemment et abrite la plus grande collection d’œuvres d’Auguste Rodin hors de France. Si vous voulez mettre la main à la pâte, le Please Touch Museum propose des expositions très interactives destinées aux familles.

Les amateurs de musique et de théâtre seront également servis à Philadelphie. Un détour par le centre-ville s’impose, car c’est là que vous trouverez l’Avenue of the Arts, une zone qui accueille de nombreuses institutions culturelles de la ville, notamment le quartier des théâtres. Le long de cette avenue, vous trouverez l’Academy of Music, le syndicat Clef Club of Jazz and Performing Arts et le Kimmel Center for the Performing Arts, qui accueille l’orchestre de Philadelphie.

Si vous avez un petit creux après tant de marche à la découverte de l’histoire et de la culture de Philadelphie, vous êtes déjà au bon endroit. La cuisine de Philadelphie est réputée pour trois de ses incroyables spécialités : les cheesesteaks (des tranches de steak recouvertes de fromage fondu, servies dans un pain à hot dog), les hoagies (des sandwichs italiens froids débordant de garniture) et le scrapple (un petit pâté de viande de porc servi au petit-déjeuner). Évidemment, le cheesesteak est le plus emblématique, et savoir qui le fait le mieux suscite bien des débats. Pour être satisfait à coup sûr, essayez le Pat’s King of Steaks sur Passyunk Avenue ou le Geno’s sur la 9th Street.

Vous voyez qu’on se fait chier à Philly..

L’amour fraternel rime souvent avec oseille pour bcp de joueurs étant passé par les Sixers.

Le (vieux) gm commence à fatiguer et ce n’est pas uniquement dû à ses maux de dos et ses douleurs aux chevilles et genoux. C’est aussi dû à cette incapacité à espérer, ne fut-ce qu’une saison, et à entrevoir la possibilité qu’éventuellement, sur un malentendu inespéré, on puisse rêver du titre Wonba.

Alors que faire?

La seule solution est d’enfin accepter de perdre encore plus de matchs que les autres saisons, de se sentir encore plus mauvais que les autres saisons. Pour cela le gm a entreprit le grand nettoyage en tradant presque tous ses joueurs (merci les gars de ne pas m’avoir aidé avec Jonas) contre du cap et des picks.

Sorties: DeAndre (3 times DPOY) Jordan, Dwight (Superman) Howard, Chandler (The Mentalist) Parsons, Mason (Plums) Plumlee et Timothee (TLC) Luwawu-Cabarrot.
Entrées: Carmelo (Melo) Anthony, Andre (AI) Iguodala et Jonas Valanciunas

Philly doit donc faire une excellente draft et une excellente FA, pas le choix. Pas de pick en 2020 donc on doit d’ores et déjà miser sur une bonne saison à venir.

Philly va avoir un peu moins de 40M de cap, donc la FA va se révéler assez tendue et les bons choix devront être fait rapidement.

Alors je vous pose la question:

Est-ce enfin le renouveau de cette franchise légendaire ou est-ce encore une draft et une FA de l’espoir qui va se transformer en désillusion habituelle?

 

Related posts

TOP 100 2019 !

Myster

Meet the Rookies – Partie 1 : les pivots

syr_melo

Draft 47-48-49

Le Dauphin

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller à la barre d’outils